Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Révolution
  • Le blog de Révolution
  • : Révolution ! est le bulletin jeunes de la Fraction l'Étincelle. Il est diffusé dans plusieurs lycées ou facultés en région parisienne et en province.
  • Contact

À propos de nous...

Recherche

Liens utiles

La page facebook de étincelle révolution :



Le site de notre revue :

Les blogs de bulletins d'entreprise "L'Étincelle" :
Blog L'Étincelle La Poste Paris
Blog L'Étincelle Altis/IBM
Blog L'Étincelle Technocentre Renault Guyancourt
Blog L'Étincelle France Télécom
Blog L'Étincelle du Rhône

Pour la coordination des luttes des
travailleurs face aux licenciements :

Collectif contre les patrons voyous et licencieurs

Les organisations politiques dont nous sommes proches :


20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 16:38
REFUGEES WELCOME - OUVREZ LES FRONTIERES !

Dix jours … Voilà le temps qu'aura duré l'élan de charité chrétienne d'Angela Merkel ! Après que la photo d'Aylan Kurdi ait été diffusée, la chancelière chrétienne-démocrate s'était alors étendue sur le devoir d'assistance et d'accueil de l'Europe vis-à-vis des réfugiés. Elle annonçait avec une émotion en toc, sa volonté d'accueillir plusieurs milliers de réfugiés en Allemagne. La photo du corps d'Aylan a donné une image terrible mais vraie de ces réfugiés qui fuient la guerre et la misère et que les médias et les politiques comme Merkel préfèrent présenter sous la forme anonyme de chiffres.

Mais une fois l'émotion retombée – et les besoins du patronat allemand en main d’œuvre pas chère assouvis – hop ! retour à la gestion habituelle : l'Allemagne a refermé ses frontières...

Depuis le début de l'année 2015, ce sont plus de 3000 personnes, hommes, femmes et enfants qui sont morts en tentant d'atteindre l'Europe. 350 000 personnes, principalement syriennes et irakiennes ont traversé la Méditerranée, contre 219 000 personnes en 2014. Les politiciens qui affirment que « l'on ne peut accueillir toute la misère du monde » feraient mieux de se taire car ils sont directement responsables des guerres qui les ont poussé à fuir.

L'espace Schengen, auquel appartiennent la plupart des pays membres de l'Union européenne, garantit pourtant la libre circulation des personnes en son sein, y compris pour les réfugiés pour une période de quelques mois, une fois enregistrés dans le premier pays membre atteint (en général l'Italie ou la Grèce). Mais les gouvernements européens ont la faculté de s'assoir sur leurs propres lois. La Hongrie a barricadé sa frontière avec la Serbie pour empêcher le passage de migrants sur son sol, rapidement imité par la Roumanie. Les réfugiés ont été ainsi refoulés vers la Croatie et la Slovénie, qui se sont empressés … d'affréter des bus afin de les envoyer en Autriche puis en Allemagne, car comme le dit Zoran Milanovic, le premier ministre croate : « La Croatie ne deviendra pas le centre de réfugiés de l’Europe ». Faisant fi de l'humanisme chrétien de Merkel, son ministre de l'intérieur Thomas de Maizière s'est exclamé à son tour : « nous ne pouvons pas accueillir tous les gens qui fuient les zones de conflit ou la pauvreté »... En l'espace de quelques jours, les frontières entre les pays d'Europe de l'est sont devenues des no man's lands où errent les réfugiés, sans cesse repoussés par les forces de police, souvent par la force !

Et le gouvernement français n’est pas en reste : le premier ministre, Manuel Valls, a déclaré mercredi dernier vouloir « rétablir les contrôles provisoires aux frontières ». « Filtrer les arrivées » pour mieux faire un tri aussi hypocrite que répugnant : pour les demandeurs d’asile, une très hypothétique prise en charge, et pour les « migrants économiques », « une politique active de reconduite à la frontière ».

L'Europe a pourtant bel et bien les moyens d'accueillir ces réfugiés. Avec plus de 2,6 millions de logements vides (chiffres de l’INSEE) et les 40 milliards d’euros de profit que les entreprises du CAC 40 viennent de faire ces derniers six mois, ni la place ni les ressources ne manquent pour accueillir les réfugiés, mais la volonté politique. Volonté de prendre les richesses où elles sont, mais aussi volonté d’affronter les préjugés racistes et la xénophobie. La seule France a su, dans les années 1920, alors qu’elle comptait 37 millions d’habitants, recevoir quelque 140 000 Arméniens. Et dans les années 80, ce furent plusieurs centaines de milliers de réfugiés asiatiques qui furent accueillis. Alors plus que jamais nous devons réclamer l'ouverture des frontières à tous les réfugiés et tous les travailleurs qui fuient la guerre et la misère.

Partager cet article

Repost 0

commentaires